Mariage au Four Seasons George V Paris

Retour dans notre belle capitale pour un mariage chic dans le cadre idyllique du sublime palace Four Seasons George V Paris. Une journée bercée d’émotion, de tendresse et de fou rire, ces quelques images résument l’état d’esprit ce cette union et font revivre les moments forts de ce jour J qui s’est déroulé en août dernier:

©Studio Cabrelli, photographe de mariage au Four Seasons George V Paris

Îles Lofoten et Senja : voyage au delà du cercle polaire

Faisons une petite pause au milieu de notre saison de reportage mariage, direction la Norvège! Et plus précisément les Îles Lofoten et l’Île de Senja, un archipel et une île spectaculaires situés au nord du cercle polaire arctique. Nous y avons passé une fabuleuse semaine début août, voici donc notre carnet de voyage avec beaucoup d’images et quelques informations pratiques sur ce voyage dépaysant au royaume de l’eau et de la randonnée. Après lecture, n’hésitez pas à poser vos questions en commentaire.

Pour arriver aux Lofoten, on a le choix : il y a le ferry, la route et l’avion. Le ferry comme la route demandent soit plus de logistique soit plus de temps, et étant donné la courte durée que nous avions à disposition, nous avons opté pour l’avion. Nous avons choisi de prendre un vol au départ d’ Oslo pour l’aéroport d’Harstad Evenes Narvik. Ce tout petit aéroport est parfaitement situé pour un road trip dans le nord du Pays. Ce vol programmé tôt le matin dure à peine deux heures et permet de survoler toute la côte du pays avec ses paysages absolument sublimes.  A l’arrivée nous avons loué notre voiture et cap pour Nusfjord, notre premier point de chute au sud des Lofoten. La route fait partie intégrante du voyage: magnifique, elle serpente entre mer et montagnes acérées et relie toutes les îles par de très nombreux ponts . 

Par la route, on entre progressivement dans l’archipel et on découvre, émerveillés, des panorama uniques, sauvages et austères comme prélude à la partie sud, encore plus spectaculaire. La pureté de l’eau et ses dégradés de bleu intense contraste avec les montagnes anthracites, les habitations en bois peint créent une véritable harmonie visuelle et nous plongent dans des paysages de carte postale.

Les Îles Lofoten sont un haut lieu du tourisme en Norvège, à juste titre vu la beauté de l’endroit, à savoir qu’au mois d’août c’est la fin de la haute saison et qu’il y a moins de monde qu’en juillet, mais la météo est moins favorable.

Le village de Nusfjord est un minuscule port de pêche coincé dans un fjord, il n’est plus en activité contrairement à la plupart des ports avoisinant. Les maisons de pêcheurs sont appelées des rorbuer, ce sont les fameuses maisons en bois sur pilotis hyper jolies et sont louées comme hébergement, une solution que l’on conseille très vivement pour son côté aussi bien pratique qu’esthétique. La location de rorbuer est possible un peu près partout dans l’archipel.

Nusfjord est idéalement placé pour rayonner dans le sud des îles et découvrir tous les plus beaux point de vue des Lofoten. Mi-août il n’y a plus le soleil de minuit mais la durée du jour est encore surprenante, à notre arrivée le soleil se couchait à 22h30 pour se lever à 3h30. Vraiment fantastique de pouvoir profiter de journées à rallonge, sans aucune contrainte horaire pour faire de la route ou randonner.  A savoir qu’ il ne fait jamais nuit noire à cette époque de l’année et les maisons n’ont pas de volets, le ciel reste bleu toute la nuit, c’est magique mais un peu perturbant au début. La photo ci-dessous a été prise à minuit.

Nous avons exploré le sud pendant trois jours en passant par tous les villages les plus représentatifs de  la région: Hasnoy, Vasnoy, Reine… Ces villages ultra photogéniques qui souvent utilisés comme symboles visuels du pays dans les magazines de voyage, valent vraiment le déplacement et sont aussi le départ de très nombreuses randonnées toutes plus belles les unes que les autres.

Nous avons profité d’une météo favorable pour faire la montée de Reinebringen, une randonnée courte mais bien sportive avec un dénivelé brutal qui vaut largement le détour, le point de vue mythique est fabuleux. Cette trace est déconseillée par la localité car considérée comme dangereuse, il faut avouer qu’elle est plutôt difficile à cause de la boue et sûrement impossible à faire sous la pluie, sans être un sportif de haut niveau, une bonne condition physique est nécessaire.

Cette randonnée permet également d’apercevoir des aigles de mer, de magnifiques rapaces qui planent nonchalamment au dessus de nos têtes pendant qu’on glisse dans la boue, qu’on s’accroche aux arbres et qu’on râle d’être aussi sensible à l’attraction terrestre.

Une autre randonnée superbe: l’ascension du sommet du Munkan. Avant de partir, il faut savoir que malgré une altitude assez modeste (600 ou 700m) la température déjà peu élevée (17° si on a de la chance) peut chuter d’une dizaine de degré par rapport au niveau de la mer, voir plus si le soleil se cache et on réalise rapidement qu’on est bien dans une région arctique et que les gants sont les bienvenus. 

Allez faire un tour sur le site dédié Rando-Lofoten pour avoir la trace complète et toutes les infos et plein d’autres randonnées, c’est LE site à visiter avant de partir.

Une autre randonnée sympathique emmène à un beau point de vue sur une des spectaculaires plage des îles. L’eau est limpide et souvent bleu turquoise dans les nombreux fjord et les nombreuses plages de sable blond qui jalonnent l’archipel. A savoir sur toutes les randonnées: le terrain est très humide voir détrempé, il y a de l’eau partout (chutes, lacs et rivières) et on patauge beaucoup dans une boue noire très grasse, des chaussures un minimum étanches sont indispensables. Les plus belles traces ont des temps de parcours dans les 6 ou 7h minimum (voir beaucoup plus pour les amateurs de bivouac), on a donc le temps de tester toutes les météos possibles, il faut prévoir le même équipement qu’en haute montagne pour bien en profiter.

Parmi toutes les petites villes de l’archipel, nous avons beaucoup aimé Henningsvear, un endroit propice pour flâner, admirer l’architecture colorée des maisons, se remettre de ses courbatures dans la petite cantine super mignonne de Klatrekafeen et prendre l’apéro à Trevarefabrikken, le bar gentiment branché du coin.

Après avoir savouré l’ambiance des Lofoten, on reprend la route pour aller encore plus au nord, direction l’île de Senja. L’île de Senja a des paysages très proches des Lofoten en étant beaucoup moins visitée, un endroit parfait quand on veut être loin de la foule, mais, autant on trouve facilement un nombre incalculable d’infos dans les blogs et les forums sur les Lofoten, autant pour Senja on part dans de la vraie investigation touristique! Très peu d’infos en français et en anglais sur l’ile, les chemins de randonnée ne sont pas bien répertoriés et on a bien galéré pour trouver certains point de vue. La route pour y aller est très belle avec ses paysages typique de montagnes plates couvertes de névés et ses immenses forêts à perte de vue. 

Senja a été un vrai coup de coeur, malgré la météo assez agitée et le froid polaire, cette île est absolument magnifique. On y ressent un fort sentiment de bout du monde, il y a peu de routes et on traverse, seuls, d’immenses panorama vierges de toute présence humaine: grandiose. Au vu du temps, nous n’avons pas pu faire de longues randonnées mais l’île est le paradis des randonneurs et le nord où nous étions offre des paysages complètement déments. La végétation est très étonnante, malgré que le sol ne soit pas gelé on  traverse des paysages de toundra dès qu’on monte un tout petit peu en altitude : arbres nains, mélange de mousses, lichen et fougères au sol qui forment un tapis moelleux extraordinaire, un total bonheur de marcher sur ce sol souple et mou comme une moquette de palace. 

Ce road trip nous a émerveillé, en espérant que ces quelques images vous donneront envie d’aller faire un tour chez nos voisins du nord!

Petit carnet pratique:

Pour l’avion : nous n’avions pas le temps de visiter Oslo, nous avons donc pris le vol Paris Oslo du soir avec une arrivée vers 22h30 et un départ le lendemain à 8h pour le nord. Une astuce bien pratique: vous pouvez enregistrer vos bagages à Paris directement pour Evenes-Harstard-Narvik et donc vous épargner l’attente et l’encombrement des bagages le soir, il suffit de le signaler à Paris et d’avoir l’essentiel dans son bagage à main pour la courte nuit à l’aéroport d’Oslo. Les tarifs des vols sont très raisonnables, nous les avons pris sur l’indispensable site de comparateur de vol  Algofly.

Pour la voiture : un super plan c’est de louer chez Rent A Wreck, les tarifs sont très raisonnables par rapport aux compagnies habituelles qui se sont alignées sur le niveau de vie norvégien. Le service est top: vous récupérez votre voiture aussitôt arrivés, la clé vous attend dans une boîte dont vous recevez le code par texto la vieille. Pas d’attente, pas de remplissage de contrat, tout est déjà prêt dans la voiture, rapide et efficace. Nous avons loué un petit modèle, c’était largement suffisant et même bien pratique pour les routes très étroites sur lesquelles on ne va jamais bien vite, dans ce coin là il n’y a pas d’autoroutes et les limitations de vitesse sont scrupuleusement respectées. 

Pour téléphoner et surfer : il y a le WIFI gratuit pratiquement partout mais depuis la nouvelle loi des télécommunications en Europe, on profite de la 4G et du téléphone sans aucune sur-facturation. Cette loi est passée dernièrement (en juin dernier si ma mémoire est bonne). Le réseau marche très bien presque partout. Donc pas besoin de louer de GPS. Et en voyage, rien de vaut le charme d’une bonne vielle carte routière

Pour manger : il y a deux facteurs à prendre en compte, le premier c’est le coût de la vie en Norvège qui est de (très) loin supérieur à la France. Le deuxième, c’est que les spécialités culinaires sont assez limitées et particulièrement grasses (béchamel, bacon et patates à l’huile dans tous les plats, j’exagère à peine) Se faire à manger soi même est l’idéal pour éviter l’accident cardio vasculaire et sauvegarder son budget. Louer un rorbu permet d’être complètement autonome mais les auberges de jeunesse sont charmantes également. Beaucoup d’hôtels ainsi que la location de rorbuer ont une cuisine dans les chambres et un restaurant à côté qui assure aussi les petits déjeuner et permet d’alterner en fonction de ses envies. Une astuce : les petits déjeuner sont très bons et très copieux et moyennant un petit supplément, on peut y faire ses sandwichs pour sa journée de randonnée. Il y a de petits supermarchés faciles à trouver le long de la route pour faire ses courses. Pour l’eau, inutile d’acheter de l’eau en bouteille, l’eau du robinet est divine, venir avec ses gourdes.

Pour l’hébergement : vu la météo nous n’avons pas regretté d’avoir choisi avec soin nos hotels! Il fait sûrement beaucoup plus doux en juillet mais dès le mois d’août c’est la fin de la saison touristique, il pleut beaucoup et nous avons même eu droit à une jolie tempête bien glaciale. Bref, être bien au chaud dans un endroit confortable, c’est pas du luxe, surtout pour des vacances très courtes et surtout quand on rentre trempé et boueux de toutes les randonnées. Nous conseillons vivement Nusfjord Rorbuer, le rorbu est top, immense est très confortable, et le restaurant, très chaleureux, est parfait pour faire son plein de morue à la béchamel, parce qu’il faut bien tester au moins une fois. L’auberge de jeunesse Bogen Hostel est superbe, un endroit parfait pour passer une dernière soirée avec un panorama magnifique.

Pour payer : la carte bleue est prise partout, même dans le bus, très pratique pour les navettes de l’aéroport. Pour le change, le faire à l’aéroport d’Oslo, après, c’est terminé, aucun bureau de change à l’aéroport Evenes Harstad Narvik contrairement à ce qu’il y a de marqué dans le Routard. Et sur les îles il n’y a que quelques distributeurs qui se battent en duel. 

Pour randonner: tout prévoir pour éviter les déconvenues, le temps change en un clin d’oeil, vraiment. On marche aussi bien dans la boue, dans l’eau que dans la neige. Un bâton de marche n’est pas un luxe vu les dénivelés particulièrement rudes. Les plus beaux point de vue sont en hauteur, il faut prévoir de transpirer un bon coup pour apprécier les beautés des îles…et prévoir le vent glacial au sommet. Toujours avoir à manger sur soi est une évidence vu la durée des marches, le froid ça creuse furieusement. On peut facilement faire le plein d’eau dans les sources en hauteur, il y en a partout, faire attention tout de même à la qualité de l’eau et à la puiser le plus haut possible car il y a beaucoup d’élevage de mouton. Il y a des lacs partout, on a même vu des gens se baigner (!!), prévoir le maillot si vous aimez patauger dans l’eau glacée.

Pour finir, une chanson parmi tant d’autres qui a bercé nos longues heures sur la route et qui, depuis, symbolise ce joli voyage:

Si vous avez des questions sur ce voyage, ou des remarques, ou des bons plans à partager, n’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires.

 

Article précédent »

STUDIO CABRELLI - PHOTOGRAPHE DE MARIAGE ET DE PORTRAIT - PARIS - ARLES - PROVENCE | info@studiocabrelli.com | Sauf mention contraire, les images sont toutes la propriété exclusive du ©STUDIO CABRELLI SARL 1995-2016